UNSA IESSA impression UNSA IESSA

Comité de Suivi du Protocole du 6 septembre spécial colonies de vacances

Il est écrit dans le protocole :

13-4. La politique d’offre de vacances aux enfants des agents de la DGAC sera inchangée, mais ses modalités seront revues. La recherche de locations de centres sera préférée à l’organisation des colonies dans des centres appartenant à la DGAC. Les crédits habituellement dévolus à leur entretien seront consacrés :
-  à la location de centres de vacances afin de poursuivre l’offre de colonies de vacances par l’association ARAMIS ;
-  à l’aide à la mutualisation.

En cas de cession, les crédits seront réaffectés à l’action sociale. Ces nouvelles modalités garantiront une qualité de prestation au moins équivalente à l’existant, pour un nombre d’enfants au moins équivalent. Les tarifs proposés aux parents, et notamment à ceux d’entre eux qui relèvent des tranches du quotient familial les plus aidées, ne devront pas connaître d’évolution plus marquée que l’évolution constatée dans ce secteur.

Cela ne concerne pas le village vacances du Bataillet, mais les 2 centres utilisés pour les colonies de vacances : Amphion (6 à 12 ans) et Parentis (12 à 15 ans).

C’est un dossier qui ressort des tiroirs régulièrement. Les coûts de fonctionnement et d’entretien de ces centres sont élevés pour une utilisation de seulement 6 à 8 semaines par année. Leurs situations et leurs équipements permettent difficilement de les utiliser davantage. D’où l’idée de changer de mode de gestion et de louer des centres, pour organiser nos propres colonies comme actuellement.

Au cours des discussions protocolaires l’UNSA-IESSA a fortement insisté sur notre attachement aux « colonies DGAC/météo ». Si le mode de gestion devait changer, la DGAC via ARAMIS devait continuer à organiser ses propres colonies maison en recrutant le personnel (directeur, animateurs, etc.) comme actuellement. Les enfants et leurs parents sont très attachés à cet esprit maison.

L’UNSA-IESSA a aussi beaucoup insisté sur le coût qui ne devrait pas augmenter et le niveau de prestation qui devrait être au moins équivalent à l’actuel.

Puis vient le temps de la mise en application du protocole. Plusieurs réunions ont déjà abordé ce sujet et à chaque fois le scénario est le même : La DGAC est incapable de montrer une étude comparative entre l’entretien des 2 centres et la location de mêmes centres.

Nous considérons donc que l’administration ne respecte pas ses engagements sur ce dossier.

L’UNSA-IESSA respecte sa signature. Mais nous ne pourrons avancer que lorsque le dossier sera complet et que nous aurons l’assurance que les garanties que nous avons tenus à faire inscrire dans le protocole seront honorées.

En attendant, nous demandons à la DGAC d’investir l’argent nécessaire à un entretien correct de ces centres afin qu’ARAMIS puisse planifier avec suffisamment de lisibilité les colonies de vacances de nos enfants.


logo DOCUMENT 935
CSP colonies de vacances
11/09/2007
(PDF, 102.1 ko)


Dans la même rubrique
UNSA IESSA - http://www.iessa.org