UNSA IESSA impression UNSA IESSA

CSSIP : prise de conscience ?

Le 17 mars, les OS ont rencontré le DSNA pour faire le point sur le dossier CSSIP. Du côté administration, une forte délégation : le DSNA, son adjoint, le DO, son adjoint, l’adjoint du DTI, le chef de programme CSSIP, le représentant SDPS et le chef de service CESNAC. Cela reflète sans doute une prise de conscience, mais il est regrettable qu’il ait fallu attendre si longtemps pour avoir cette réunion. Rappellons-nous : dès Juillet 2009 l’UNSA-IESSA alertait l’administration. Au bilan de cette réunion, une feuille de route qui contient des avancées mais aussi des points noirs. Il serait grand temps de déboucher maintenant sur du concret.

Des personnels motivés et compétents.

L’UNSA-IESSA a souligné dès le début de la réunion l’implication des personnels de la DTI, du CESNAC, des services techniques opérationnels et de l’ENAC. Sans eux, le projet CSSIP serait déjà aux oubliettes avec des conséquences désastreuses pour la maison. La DSNA ne doit pas l’oublier et leur donner les moyens nécessaires.

Un équilibre retrouvé entre le CESNAC et les autres services.

Le réseau RENAR/IP doit être exploité de façon cohérente entre le CESNAC et les autres services opérationnels. C’était une demande forte de l’UNSA-IESSA. La feuille de route valide ce principe même si quelques aménagements sont encore à apporter.

La supervision : toujours le parent pauvre.

L’administration nous a habitués à ne traiter les aspects de supervision qu’à la fin des projets et souvent en catastrophe. RENAR/IP ne fait hélas pas exception à cette règle. Les outils et les formations prévus pour le CESNAC et les Services Techniques ne sont pas satisfaisants et ceci est inacceptable.

La sûreté réseau incomplète.

Il est prévu une formation sûreté réseau pour le CESNAC mais rien pour les autres services : incohérent et dangereux. La sûreté doit exister sur tout le réseau ; chacun des acteurs doit avoir une formation adéquate en la matière, suivant son niveau d’intervention.


RENAR/IP : feuille de route pour le CESNAC.

La dernière heure de la réunion a été consacrée à la présentation d’une feuille de route par l’administration. Même si le principe est souhaitable, l’UNSA-IESSA ne validera pas le contenu de ce document, en particulier pour deux raisons :
-  L’absence d’un 3ème superviseur H24 7j/7 au CESNAC.
-  Aucun mot sur les autres services opérationnels. Nous devons rencontrer à nouveau l’administration sur ce sujet. A suivre.


L’ombre de la RGPP plane sur les projets techniques.

La RGPP oblige la DGAC à supprimer 500 postes sur 3 ans. La DGAC a fait le choix de sacrifier 45 IESSA. Aujourd’hui on le voit bien, sur un projet tel que CSSIP, le besoin en effectifs est crucial. Il en est de même pour les autres projets (COFLIGHT, 4FLIGHT, DATALINK, etc.). Une diminution du nombre d’IESSA face à cette charge de travail n’est pas réaliste. C’est pourquoi l’UNSA-IESSA va demander un nouvel arbitrage au DGAC. Vouloir économiser un IESSA peut coûter cher. RENAR/IP en est un bel exemple.


logo DOCUMENT 1546
CSSIP : prise de conscience ?
22/03/2011
(PDF, 134 ko)


Dans la même rubrique
UNSA IESSA - http://www.iessa.org